Stay connected

Recevez les dernières analyses des entreprises canadiennes

Toggle

Les villes canadiennes attirent les investisseurs étrangers

Par Rob Christmas | 26 janvier 2016

Dans les grandes villes canadiennes comme Toronto et Vancouver, le marché immobilier continue de croître en raison de l’intérêt croissant que lui portent les promoteurs, investisseurs et acheteurs, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Henry Cao, président de Greenland Group Canada, explique à Up front sa décision d’investir au Canada ainsi que les raisons qui justifient cet engouement pour les villes canadiennes.

Dans les grandes villes canadiennes comme Toronto et Vancouver, le marché immobilier continue de croître en raison de l’intérêt croissant que lui portent les promoteurs, investisseurs et acheteurs, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Malgré les inquiétudes persistantes (jusqu’ici non réalisées) quant à une possible surchauffe du marché immobilier canadien, la vente et les prix demeurent robustes dans plusieurs centres urbains, en raison principalement de la montée de l’urbanisation, de la hausse de l’immigration, des projets et des investissements étrangers ainsi que de la faiblesse des taux d’intérêt. Ce foisonnement de l’activité immobilière, aussi bien sur le front de la promotion que sur celui des investissements, a atteint des niveaux records dans toutes les catégories, y compris les biens industriels, les hôtels, les appartements et les bureaux.

Sur le marché immobilier résidentiel, les prix se sont envolés au fil des ans dans les grandes villes telles que Toronto et Vancouver, mais pour les acheteurs étrangers, ils demeurent abordables par rapport aux prix sur d’autres marchés internationaux comme New York, Londres et Hong Kong, surtout avec le recul du dollar canadien. La demande d’unités en copropriété ne cesse de croître à Vancouver et à Toronto, comme en témoignent le lancement constant de nouveaux projets immobiliers et le nombre de grues de construction qui fendent régulièrement le ciel de ces deux villes.

Pour un nombre de plus en plus élevé d’acheteurs, les appartements en copropriété se révèlent plus abordables que les traditionnelles maisons détachées de banlieue et offrent des avantages comme l’accès à de nombreux services urbains à pied ou encore la réduction des temps de déplacement entre la maison et le travail. Comme les jeunes optent de plus en plus pour un style de vie urbain, les promoteurs s’adaptent et construisent de nouveaux immeubles en copropriété afin de satisfaire la demande d’unités de location.

Ces projets résidentiels ne sont pas réalisés uniquement par des promoteurs canadiens, mais également par des entreprises étrangères. Depuis la récente libéralisation des politiques de la Chine en matière d’investissement à l’étranger et le ralentissement de l’économie chinoise, les investisseurs institutionnels et particuliers chinois font désormais partie des investisseurs qui s’intéressent à l’immobilier à l’extérieur de leurs frontières. Nombre d’entre eux privilégient le Canada du fait de la stabilité de son environnement politique et économique.

Au centre-ville de Toronto, l’entreprise chinoise Greenland Holding Group (Greeland) a lancé récemment son tout premier projet en sol canadien – un complexe résidentiel composé de deux tours qui abritera également un hôtel et un musée. Dénommé King Blue by Greenland, le projet comprend un hôtel-boutique de luxe de 122 chambres, des tours résidentielles de 44 et 48 étages ainsi que la façade historique la plus haute jamais revitalisée au Canada.

Premier projet de Greenland au Canada, King Blue s’inscrit dans une stratégie d’expansion internationale incluant d’autres villes clés aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie.

« Selon nous, le Canada est un pays qui attire constamment des investissements et des intérêts étrangers sur son marché immobilier – et qui continuera d’attirer toutes sortes d’investissements », a déclaré Henry Cao, président de la branche canadienne de Greenland dans une entrevue accordée récemment à PwC.

M. Cao décrit le marché des appartements en copropriété de Toronto comme « l’un des plus importants au monde » et l’un des trois premiers choix de Greenland pour ses futurs investissements.

« Nous conclurons probablement une ou deux autres transactions au cours de la prochaine année », a indiqué M. Cao.
Greenland s’intéresse à d’autres marchés ailleurs au Canada, notamment à Calgary où la baisse des prix du pétrole cause un ralentissement du marché immobilier. Après plusieurs années de hausse, le prix des maisons et les ventes ont reculé dans les villes de l’Alberta au cours des derniers mois, ce qui, pour certains investisseurs, offre la possibilité de réaliser de bonnes affaires.

« En fait, nous observons attentivement le marché de Calgary, a indiqué M. Cao. Nous pourrions y dénicher des occasions d’investissement ».

Selon M. Cao, Greenland investit dans divers types de biens immobiliers, notamment les propriétés résidentielles et commerciales, les hôtels et les infrastructures. Cependant, la stratégie de développement internationale de l’entreprise sera principalement axée sur les projets résidentiels, du moins au cours des deux prochaines années.

« Par la suite, nous pourrions nous montrer plus flexibles pour d’autres types de projets », a-t-il ajouté.

M. Cao explique que Greenland dispose de trois principales sources de capitaux pour réaliser ses investissements : les capitaux propres de la société, une plateforme de financement pour les marchés des capitaux asiatiques et les institutions financières canadiennes.

« Je pense que la troisième source de fonds est très importante, a souligné M. Cao, qui a ajouté que certaines banques canadiennes étaient « très intéressées » par leur projet.

Le fait que des capitaux étrangers soient combinés à ceux des grandes banques canadiennes crée un solide partenariat économique qui mènera inévitablement à la diversification au fur et à mesure que la relation entre les parties deviendra plus confortable. 

M. Cao croit que les investissements étrangers devraient être accueillis avec enthousiasme.

« Pour une ville internationale comme Toronto, les investissements étrangers constitueront toujours un important moteur de croissance pour l’économie de la ville », a-t-il fait remarquer.

Aux yeux des investisseurs étrangers, le Canada est considéré comme un pays stable et solide du point de vue des affaires. M. Cao s’attend à ce que les sociétés étrangères continuent de s’intéresser au marché canadien pendant encore de nombreuses années.

Le contenu de ce champ restera confidentiel et ne sera pas accessible au public.
About PwC Canada Hide Footer